Language and login selector start
Language and login selector end

Exposition individuelle: Jérémy Liron - L´Inquiétude (terminé)

8 Septembre 2012 jusqu'au 31 Octobre 2012
  Jérémy Liron - L´Inquiétude
Jérémy Liron, Paysage 113, 2012, huile sur toile, 123 x 123 cm
 
  Galerie Isabelle Gounod

Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
France (plan de ville)

Envoyer E-mail
tel +33 (0)148 - 04 04 80
www.galerie-gounod.com


Le regard que Jérémy Liron porte sur le monde n'est pas anodin, anecdotique ou innocent ; bien au contraire, c'est un regard qui construit, fabrique et pointe du doigt un manque - celui d'une vision fragmentée, qui fait le socle de sa peinture. Ce ne sont donc pas seulement des façades d'immeubles que nous voyons, mais des présences dressées frontalement, comme des murs, aux volumes se détachant sur un ciel idéalement limpide, désespérément bleu, bien trop beau pour être vrai.

Les peintures de Liron sont comme pliées les unes dans les autres ; elles se répètent, mais ne sont jamais vraiment les mêmes, prises dans des variations parfois infimes. Elles témoignent d'un désir de perception, qui s'apparenterait à une quête de vision cézanienne. « Et l'on aura beau reculer, aucun morceau de paysage ne nous laissera voir ses bords », écrit le peintre pour qui la continuité est un leurre. C'est pourquoi, sur certains tableaux, apparaissent des triangles blancs, les réserves d'une image trouée, les pièces manquantes d'un sens que l'on ne parviendra pas à reconstituer. Et toutes les images, mises bout à bout, sont comme les séquences d'un film que l'on ne pourra jamais monter.

La pièce maîtresse de l'exposition -Paysage N°110, un monumental polyptique composé de six panneaux carrés -, est un point de vue depuis l'intérieur d'une architecture, pris à travers une grande baie vitrée ouvrant sur une savante géométrie d'ombres. Le point de vue est donc ici inversé : ce n'est plus celui du promeneur décidant de s'arrêter sur telle façade d'immeuble qui est privilégié, mais c'est bien celui de l'occupant, de l'homme de l'intérieur qui regarde au dehors. Le tableau retrouve sa nature classique, albertienne, de « fenêtre ouverte sur le monde », mais c'est maintenant le monde qui pose problème. Puisqu'ici, la fenêtre ouvre sur une perspective fermée, bouchée par la masse chaotique d'un arbre étrangement touffu : le monde est désormais inquiet, ralenti dans sa course, il n'est plus un Tout. C'est depuis l'intérieur de la Villa Noailles (chef d'œuvre moderniste signé Mallet-Stevens) que l'artiste a pris la photo qui allait lui servir de modèle ; ce détail a son importance puisqu'il nous rappelle l'intérêt que Liron porte à ces architectures blanches, sans fioritures, tels des cubes flottants dans le paysage, qui semblent avoir été désertées, de toute éternité.

Et c'est finalement un sentiment d'immense solitude que suscite cette peinture : l'artiste n'est plus là pour nous raconter des histoires et montrer la cohérence de toutes choses, même si le spectateur trop hâtif pourrait y croire. La seule certitude que l'on peut avoir face à ces toiles, c'est que nous sommes face à un récit fragile, défaillant, pour ne pas dire absent. Ainsi, les Images inquiètes sont les traces de cette nuit profonde dans laquelle nous sommes plongés: l'œil perçoit à peine quelques lignes, il s'y accroche et attend patiemment que le jour se lève sur un ciel faussement bleu, pour que tout recommence.

Léa Bismuth, mai 2012.

Léa Bismuth est critique d'art, commissaire d'exposition et enseignante en histoire de l'art. Après des études en histoire de l'art et en philosophie à la Sorbonne, elle décide de se tourner vers la critique et écrit depuis 2006 dans les pages d'ArtPress, ainsi que dans divers supports. Elle vit et travaille à Paris.

Actualité hors les murs / Art [ ] Collector :

Après Iris Levasseur en juin, Jérémy Liron est le deuxième artiste à bénéficier d'une exposition personnelle dans le cadre du projet « Art Collector // Des collectionneurs invitent un artiste », du 17 au 27 septembre prochain. Intitulée « Le Récit absent », l'exposition sera présentée au Studio du Patio Art Opéra dans le 9ème arrondissement à Paris.

Lancé fin 2011 par un couple de collectionneurs passionnés et engagés, Evelyne et Jacques Deret, Art Collector est une initiative inédite qui vise à promouvoir les artistes français ou travaillant en France et à valoriser leur travail grâce au soutien de leurs collectionneurs.

L'originalité de cette démarche consiste à associer, le temps d'un événement, l'artiste, sa galerie et ses collectionneurs pour une présentation commune de son travail. Les collectionneurs prêtent des œuvres emblématiques qu'ils ont acquises tandis que l'artiste, en association avec sa galerie, présente ses travaux récents. La mise en perspective du travail de l'artiste dans sa globalité et dans son évolution ainsi que le soutien affiché de collectionneurs reconnus favoriseront les acquisitions de nouveaux amateurs.

Jérémy LIRON, né à Marseille en 1980. Vit et travaille à Lyon depuis 2008. Diplômé DNSEP de l'Ensba à Paris en 2005 et du DNAP de Toulon en 2003.

Expositions personnelles (sélection)

Parallèlement à cette exposition à la Galerie Isabelle Gounod, Jérémy Liron est présenté dans le cadre du projet ART[ ]COLLECTOR - Les collectionneurs invitent un artiste, au Patio-Opéra, du 17 au 27 septembre 2012. En 2011, son travail fait l'objet d'une grande exposition à l'Hôtel des Arts de Toulon et d'un catalogue dont les textes sont signés Gilles Altieri, Philippe Blanchon et Pierre Wat. En 2010, il expose à la Galerie 5 à Angers, ainsi qu'à la Galerie Isabelle Gounod à Paris. Il a été exposé au Lab-Labanque à Béthune (voir publication ci-dessous), à l'Espace d'art L'adagio de Thionville et à la Zan Gallery de Sèvres en 2009. Après deux expositions personnelles consécutives à la Galerie Isabelle Gounod, il est présenté au Château de la Louvière de Montluçon, en fin de résidence « Shakers », en 2008.

Expositions collectives (sélection)

Jérémy Liron participe en 2012 à l'exposition « Pavillon », avec Jean-Luc Blanchet, Nina Childress, Philippe Cognée, Marc Desgrandchamps, Emily Peythieu, à la Galerie Domi Nostrae (Lyon). Cette année, son travail a été présenté à la Galerie Immanence (Paris), à la Fondation Louis Moret (Martigny, Suisse) et au POCTB d'Orléans, dans le cadre d'une exposition en trois volets, « Parce que la carte est plus importante que le paysage », sous le commissariat de Valentine Meyer et de Véronique Ribordy. En 2012, il participe aussi à l'exposition « Les territoires », organisée par la Galerie de l'Ecole d'art de Vigneux-sur-Seine. Jérémy Liron est pré-sélectionné pour le Prix SJ Berwin (cabinet d'avocats), parmi une vingtaine d'autres artistes, remis lors d'une soirée organisée par le cabinet, à l'École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, en septembre 2011 (commissariat : ZigZag Communication). Il participe la même année à plusieurs expositions collectives, notamment « Vedute, sélection croisée de paysages » à la Galerie Michel Descours (Lyon) et à l'URDLA de Villeurbanne, et l'exposition « Une chambre à soi » (commissariat : Françoise Lonardoni), au Centre culturel Le Polaris, à Corbas. Le travail de Jérémy Liron est exposé en 2009, à l'Urban Gallery (Marseille), au Grand Palais (Paris) à l'occasion du « Salon internationale du livre et de l'Estampe », à la Générale en Manufacture (Sèvre). En 2008, il montre son travail au « Magasin, Centre national d'art contemporain » (Musée des Beaux-arts de Grenoble), et est invité d'honneur de l'exposition « Acquisitions de la Cci Marseille - Provence », au Palais de la Bourse à Marseille (Journées du Patrimoine). Toujours en 2008, il participe à la Biennale de Bourges, « Panorama de la jeune création ». En 2006, Jérémy Liron est présenté au Passage de Retz à Paris, dans le cadre de «Première Vue - 5ème édition » (commissariat : M. Nuridsany) à l'Ensba de Paris, au Salon de Montrouge (2006 et 2007)…

Publications

Catalogue « Jérémy Liron », Hôtel des Arts de Toulon, textes Pierre Watt, Philippe Blanchon, Gilles Altieri, janvier 2011 ; Armand Dupuy, faire monde & papillons, Editions Centrifuges, décembre 2011 ; « Lyon-Béthune », préface d'Armand Dupuy, Nuit Myrtide édition, 2010 ; « Jérémy Liron, Lyon-Béthune » Semaine 49.09, préface d'Arnaud Maïsetti, texte de Philippe Blanchon, éditions Analogues, 2010 ; « la mancha », texte d'Arnaud Maïsetti, photogrammes - Jérémy Liron, Nuit Myrtide édition, 2009 ; « La majeure partie de son temps à inventer », préface de Philippe Dagen et texte de P. Blanchon, éditions Shakers, 2008 ; « Flip-books, votre pouce fait du cinéma », Editions « Les minuscules », édit. Flblb, Poitiers, 2007 - (Lauréat du concours international Flipbooks, organisé par la Galerie LENDROIT à Rennes ; « Landscape(s) », préface de Philippe Blanchon, Autoédition, 2005.

Journal « Particules » # 28 - avril 2010 - Supplément « Jérémy Liron - Peintures à la Galerie 5 - Angers.

Écrits de l'artiste

Jérémy Liron, en l'image le monde, Editions La Termitière décembre 2011 ; Détours », J. liron, coédition Michel Descours/URDLA, 2011 ; « Le livre, l'immeuble, le tableau » Publie.net - F. Bon ; L'humble usage des objets, Jérémy Liron, édition Nuit Myrtide, 2010 ; Préface catalogue Florent Lamouroux, « T4-18 » exposition l'Orangerie de la Louvière, Montluçon, 2007 ; Collabore à la Revue "Semaines" depuis 2006 ;…

Site de l'artiste : www.lironjeremy.com

  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art