Language and login selector start
Language and login selector end

FLANERIES A L’ART FORUM




Arfacts.Net stand hosting artworks from Alexa.Jansen.Galerie and sphn Galerie, photo by E. González


Il n’est jamais aisé d’assimiler un nombre d’œuvres si élevé. Nous sommes noyés dans l’abondance de couleurs, de formes, de moyens d’expression et d’idées différents (ou parfois, au contraire, dans leur absence).
Après des bacchanales telles que celles de l’Art Forum, il faut prendre le temps de tout « digérer » et d’examiner ce qu’il nous en reste. Artfacts.Net était présent à la foire. Voici ce que nous avons « digéré » pour vous.





Disguises (from the video), 2001, Marius Mørch
courtesy Antonio Ferrara



La voix chaude d’Elvis et son succès « Can’t help falling in love ». Voici la première chose qui s’offrait à nos oreilles lorsqu’on entrait dans un des halls. Cela nous venait du stand de la galerie italienne d’Antonio Ferrara et accompagnait une vidéo de Marius Morch. Cet artiste norvégien se sert de séquences de films cultes tels que « Accattone » de Pasolini (1961), « Night of the living dead » de Romero (1968), « The evil dead » de Raimi (1983), « Dracula » de Browning (1931), pour nous livrer une vidéo complètement autonome. Une femme est poursuivie, terrorisée, frappée et finalement abandonnée. La tension créée par ces images noires, typiques des films d’horreur, détonne magistralement sur le fond sonore de la chanson la plus romantique d’Elvis.





Citizen, 2000, Roy Arden
dvd loop for projection, courtesy Monte Clark Gallery



La galerie canadienne Monte Clark a présenté « Citizen », une vidéo de Roy Arden. Le travail de cet artiste se centre généralement sur le thème de la ville. Ici, il filme au ralenti un jeune homme assis, presque immobile, planté au beau milieu du trafic. Des voitures le frôlent à toute vitesse, il bouge à peine. La sensation d’égarement, de désorientation et d’instabilité est écrasante. La galerie Frank, installée à Paris, a présenté un travail vidéo de Charles Sandison. L’œuvre de cet artiste écossais est bien connue des amateurs d’art: il avait déjà présenté, à la 49ième édition de la Biennale de Venise, « Living rooms », une œuvre créée par ordinateur. Pourtant, son approche n’a pas du tout perdu son attrait.
Le minimalisme attire rapidement l’attention du visiteur lassé par toutes ces oeuvres art; toutefois à l’Art Forum, seules deux galeries présentaient des œuvres minimalistes remarquables.





Untitled (bar) FS 2003, John M Armleder
photo by Waldemar Kremser, courtesy Galerie Anselm Dreher



La première était la galerie allemande Anselm Dreher avec son meuble sculpture de John M. Armleder. Cet artiste suisse a installé un comptoir de bar en aluminium et en acier, surmonté de néons et aux couleurs classiques (noir, blanc et rouge). Comme la galerie le déclarait dans la presse, il s’agit «d’un comptoir présenté en tant que symbole de la communication et d’un certain style de vie, mais aussi en tant que reflet des célèbres pentures d’Edward Hopper ».
La deuxième galerie était la londonienne Rocket, où exposaient Lars Wolter et Cedric Christie. Lars Wolter, un artiste allemand de Düsseldorf, a présenté « Barcode Wall Painting », une peinture murale représentant un code-barre, comme le nom de l’œuvre l’indique.





Untitled 2002, Cedric Christie,
courtesy Rocket Gallery



En ce qui concerne le sculpteur anglais Cédric Christie, nous ne l’aurions pas cru si le galeriste ne nous l’avait expliqué. Tout comme le personnage de Tim Robbins dans son merveilleux roman « Skinny legs and all », où un soudeur devient une star de la scène artistique internationale, Christie était un soudeur et travaillait sur des échafaudages. Il utilise les matériaux de son ancienne profession : il joue avec eux jusqu’à créer des objets puissants et abstraits.
La galerie italienne Arte Contemporanea de Claudio Poleschi a exposé des oeuvres de nombreux artistes italiens. Parmi ceux-ci, deux méritent de retenir notre attention: Daniele Galliano e Gian Marco Montesano. Ce n’était pas leurs débuts à Berlin. ils avaient en effet déjà exposé à la galerie Davide Di Maggio, dans le cadre d’une intéressante exposition, « Bianco e Nero Italiano » (Noir et blanc italien).

www.antonioferrara.com
www.monteclark.com
www.galeriefrank.com
www.galerie-anselm-dreher.com
www.claudiopoleschi.com


Texte : M. Cecchinato
E-mail: micaela@artfacts.net
Traduction : A. Calgaro
E-mail : annacalgaro@libero.it
  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art