Language and login selector start
Language and login selector end

Interview: Ariane von Mauerstetten

Ariane von Mauerstetten est née à Innsbruck, Autriche. Elle a étudié à l'Académie des beaux-arts de Nuremberg. Après ses études, elle a vécu une année en Namibie et en Afrique du Sud, et ensuite deux ans à Manhattan/New York. Depuis 2000, l'artiste vit et travaille à Düsseldorf.
On a pu apprécier son dernier travail intitulé n-tv Guantanamo Bay - Abu Ghureib 2004 au art bodensee 2004, une installtion de douze collages et une sculpture de plâtre aux lunettes noires, masque à oxygen et écouteurs.



Ariane von Mauerstetten
'n-tv Guatanamo Bay- Abu Ghureib, 2004'
12 collages, sculpture

Votre dernière installation a été présentée récemment au salon art bodensee (Lac de Constance). Est-ce que ce salon de l'art a rempli vos attentes?
En fait, je n'avais pas d'attentes particulières quant au art bodensee. J'avais conscience qu'un salon de l'art ne puisse être une plate-forme adéquate pour un travail de critique sociale. J'ai reçu cependant des réactions intéressantes de la part des visiteurs. Certains ont exprimé une confusion vécue et un malaise corporel. D'autres ont quitté l'installation sans commentaire ou bien ils ne l'ont pas même pénétrée mais uniquement observée de l'extérieur. Ce qui m'a étonnée, c'est qu'aucun n'a cherché à en discuter.

Le travail que vous avez présenté au art bodensee se base explicitement sur la cruauté exercée sur les prisonniers irakiens de la prison Abu Ghureib à Bagdad et sur les prisonniers de Guantanamo à Cuba. Est-ce que votre travail est une tentative de montrer la réalité?
Non. C'est quoi la vérité? Je ne peux pas en juger. Je n'ai jamais été sur place, mais j'ai été exclusivement confrontée à un matériel médiatique censuré. Pour moi, il s'agit avant tout de recréer une situation d'intensité, d'angoisse et de confusion, un sentiment de perception du Moi. Je crois qu'au moment où l'on se tient à l'intérieur de l'installation, on ne pense pas aux minorités poursuivies ou aux minorités ethniques, mais on se met plutôt à la place d'une personne opprimée. On fait subitement l'expérience d'une projection de sa propre identité. Ce qui m'intéresse, c'est l'interchangeabilité des victimes et des bourreaux. Dès que nous sommes directement impliqués ou interpelés, nous réagissons avec beaucoup plus de sensibilité et de conscience.

Ressentez-vous un engagement moral pour ce thème?
Ce thème est plus terrible que toutes autres informations d'acte de violence. Une ancienne icône de la violence et du racisme ressurgit ici étonnement : la silhouette des criminels anonymes du Ku-Klux-Clan. Cette image symbolique évincée de l'histoire des USA du 19ème et 20ème siècles est de nouveau évoquée et, de manière absurde, transformée en une figure de victime du 21ème siècle.

Diriez-vous qu'il y a une relation entre l'expression artistique et votre origine culturelle?
Je ne crois pas qu'il existe une personne qui ne soit pas influencée par son origine culturelle.

Quelles réactions attendez-vous de votre publique?
Je recherche la perception et la discussion avec mon œuvre. Je voudrais leur compliquer le comportement consommateur de tous les jours. J'obtiens l'attention malgré des matériaux anachroniques grâce à un language drastique et d'après mon expérience, je réussis relativement souvent à provoquer les personnes imprégnées par la culture médiatique. Des pulsations soit très négatives soit très positives se réveillent et ainsi j'ai atteind mon but.



Ariane von Mauerstetten
'n-tv Guatanamo Bay- Abu Ghureib, 2004'
12 collages, sculpture

L'utilisation du plâtre agit sur nous très fortement et très expressément. Pourquoi avez-vous choisi ce matériau précis?
Si vous ressentez mon travail comme fort et très expressif, je m'en réjouis, car effectivement le plâtre est un matériau cassant et bon marché. Seule la forme peut convaincre, car elle ne trompe pas par une brillance superficielle. Le plâtre m'offre de nombreuses possibilités. Pour la première mise en forme, j'utilise un fin grillage que je dépose irrégulièrement sur le plâtre. Le plâtre est parfois à gros grain et crevasé et parfois lisse. L'utilisation modeste et directe du matériau me plait.

Vous avez toujours représenté les prisonniers recouverts sur la caisse en bois. Quelle signification donnez-vous à la répétition dans votre travail?
S'il y existe quelque chose de significatif, c'est peut-être plus significatif encore lorsque c'est répété dix fois. C'est une exagération. Si quelque chose est absurde, alors elle semble encore plus asurde si elle est répétée. Je crois que la répétition se ressent comme une obsession. Grâce à la répétition, ce qui est représenté agit tout-à-coup menaçant et la frontière entre victime et bourreau devient floue.

Y-a-t'il un artiste ou une tendance artistique qui vous a inspirées ?
Je respecte des artistes venant de différents mouvements artistiques, mais je ne peux en faire une scource d'inspiration. La plus grande scource d'inspiration est ma vie.

Dans quelle direction pensez-vous que l'art se développe aujourd'hui et comment vous positionneriez-vous dans ce contexte?
C'est une question intéressante! À mon avis, il n'y a en ce moment aucun mouvement important dans l'art contemporain. C'est devenu extrêmement complexe. Ce qui est intéressant dans l'art actuel est pourtant qu'il n'est plus liant. De même que beaucoup d'autres artistes, je suis ma propre direction.

Allons-nous bientôt voir un nouveau projet de vous?
Je suis actuellement en préparation d'un travail pour l'exposition de groupe foreign affairs en novembre au PAN-Museum à Emmerich. Ma prochaine présentation se tiendra à la 10ème kunst wien (art Vienne) au Museum für angewandte Kunst (Musée des arts appliqués) à Vienne en octobre (kunst-wien.at), représentée par Fischerplatz Galerie Ulm (Bavière, Allemagne).

Interview: Marzia Belvisi
Traduction: Mathieu Ducollet
  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art