Language and login selector start
Language and login selector end

Alexis Hubsman - Une conversation avec le fondateur de la Scope-Art, Inc.


De Brendon MacInnis

Alexis Hubsman, dont la Scope-Art, Inc. a fait, cette année, avec quelques 14 000 visiteurs, le bond du statut de foire alternative d'hôtel à celui de grande foire de vente, est venu à la table ronde de M pour une conversation. Nous avons parlé de l'histoire de la Scope, du style de direction de l'entreprise et des projets.

M:
Avez-vous organisé un système pour garantir chaque année une séléction de nouvelles galeries ?

Alexis
Comme la foire Liste à Bâle où la participation est limitée à trois ans ?

M:
Oui, par exemple.

Alexis
Non, parce que ça ne marche pas. Même la Liste doit maintenant monter une tente pour accommoder plus de galeries. Nous avons une sorte de hierarchie que nous avons construite par un sytème des points de prix qui sont négociables pour laisser tout le monde entrer. Nous avons par exemple la section "Breeder" où nous regardons attentivement les possibilités d'investir dans les jeunes galeries pour les élever par rangs. Notre quota normal de prix pour un stand est par exemple entre 6 000$ et 12 000$, et plus. Nous en avons aussi quelques uns qui pour un stand, augmentent jusqu'à 18 000$. Cette année, ils commencent à devenir plus chers, parce qu'ils deviennent aussi plus grands.

M:
Les stands deviennent plus grands ?

Alexis
Oui. C'est une échelle de m² pour dollars. Pour les "Breeders", nous offrons un stand de 13,9 m² dont les frais sont entre 4 000$ et 5 000$ - ça dépend de la situation. Et il y a des occasions où une aide financière est payée, permettant à quelques uns d'entrer à prix avantageux. Ça dépend de savoir s'ils sont vraiment intéressants pour nous.

M:
Quel était votre modèle d'orientation quand vous avez commencé avec la Scope-Art ? Etait-ce par exemple la "Young Art Fair" de Peter Blau à Bâle ?

Alexis
Non. C'était l'Armory Show; l'Armory Show reçoit une confiance parfaite. Mais c'est aussi le cas pour tous les autres; je veux dire, l'idée qu'il y aura peut-être une foire alternative.



Alexis Hubsman

M:
Comment décririez-vous votre relation avec l'Armory Show aujourd'hui ?

Alexis
Elle est excellente. Nous étions même la première foire qu'ils ont appelée quand ils voulaient changer leurs dates pour demander si nous permuterions avec eux. Ils sont comme notre grand frère, surtout quand Tim Smith était là. Il y avait une relation particulièrement étroite entre nous tous. Ça a changé un peu plus tard - pas le dynamisme, mais l'intimité, parce que je suis un assez bon ami de Tim, et il n'est plus là.

M:
Comment est votre contact avec la Frieze ?

Alexis
Frieze n'était pas tellement gentille. Nous avons toujours essayé de nous approcher d'eux, mais très vite, nous avons remarqué que ça ne sert à rien. Cette fois, nous prenons avec nous un grand espace de 2787 m² à l'East End de Londres, près du White Cube. Nous nous trouvons donc près du Hutchins Square, près de toutes les galeries. C'est un peu comme à Wynwood. A Miami, nous serons à Wynwood.

M:
A Wynwood ? Vous ne serez donc pas au Townhouse Hotel à South Beach ?

Alexis
Non, nous sommes trop grands maintenant pour les foires d'hôtel. Nous gardons le Townhouse Hotel comme centre de réseautage, mais la foire aura lieu à Wynwood.

M:
En regardant vers décembre : que faites-vous à Wynwood ?

Alexis
En ce moment, je joue avec l'idée de pavillon. Nous ne voulons pas seulement trouver l'espace, monter une tente et faire notre affaire. Nous voulons nous enraciner. Nous n'avons même pas encore embauché des galeries et néanmoins, nous avons déjà reçu 200 candidatures pour la Scope-Miami ce qui est assez phénoménal.

M:
Vous serez donc dans le même quartier où la foire de tente de Helen Allen avait déjà lieu, la Pulse. Vous travaillez ensemble?

Alexis
Nous ne travaillons pas nécessairement ensemble.

M:
Comment est votre contact avec l'Art Basel? J'ai entendu dire qu'ils n'étaient pas très ouverts aux autres foires d'art faisant des affaires à Miami.

Alexis
Oui, quant à cela, je peux être particulièrement honnête. Ils te disent une chose, et ils font une autre chose derrière ton dos. Franchement, Sam Keller était très gentil au début. Il était même une des raisons pour laquelle je me suis acoquiné avec la première foire Miami Basel. Il y avait une amitié ou au moins, un respect raisonnable. Mais en fin de compte, ça vole un peu la vedette. Et si les collectionneurs ne viennent pas chez toi, dépensent de l'argent ; s'ils sont autrepart, ça ne peut être que désavantageux.

M:
Le gâteau à partager n'est pas infini.

Alexis
Non. Il n'est pas infini.

M:
Il y a eu un tournant dans votre relation avec Sam ?

Alexis
Pas vraiment. Franchement, plus on essaie de faire des choses, plus on découvre qu'il a un moratoire sur les choses. Il contrôle beaucoup de choses. Ce que je veux dire, c'est que Lorenzo Rudolf est la personne qui a inventé toute cette histoire (l'Art Basel Miami Beach), et Sam a eu la chance d'être là au bon moment. Il était le relais.

M:
Et avec qui Sam a-t-il régler cela ?

Alexis
Je connais les noms, mais ce serait sans doute inapproprié si je les mentionnais maintenant. Je peux vous le dire plus tard si vous voulez.

M:
Quels sont vos projets pour la Scope ? Combien de Scopes y a-t-il maintenant ?

Alexis
Nous en avons quatre en ce moment; je parle de celles qui sont profitables, qui marchent bien. Nous avons Londres, New York, Miami et les Hamptons.

M:
Faites-vous quelque chose à Palm Beach ?

Alexis
Nous y réfléchissions. Il y a quelques marchés secondaires que nous envisageons : Palm Beach, LA. Je ne sais pas si on peut les appeler "secondaires", mais ils le sont pour nous en ce moment. Il y a aussi Basel, St. Moritz et Monaco; elles font partie de la campagne européenne de Scope-Europe.

M:
Monaco pourrait être intéressante.

Alexis
Oui, nous avons tiré des leçons des Hamptons. Les gens disaient que nous étions fous : "pourquoi voulez-vous y aller?". Ils disaient que personne ne voulait regarder de l'art en été, qu'il s'agissait seulement des antiquités. L'année passée, nous avons organisé une première exposition très modeste, et ça a été un succès.

Note de l'éditeur:
La deuxième édition de la Scope-Hamptons a lieu en été, du 14 au 16 juillet, dans les studios East Hamptons. Pour plus d'informations ou de nouvelles, visitez www.TheNewYorkArtWorld.com ou www.scope-art.com.
  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art