Language and login selector start
Language and login selector end

Londres special 2: Keith Talent à la foire de l'art "Year 06"


Simon Pittuck (Keith Talent), M. Claassen (Artfacts)

AfN: Voici une interview avec Simon Pittuck, le co-fondateur de "Year 06", une foire de l'art à Londres. Bonjour Simon. Quand est-ce que l'idée vous êtes venue d'organiser une foire en même temps que FRIEZE et comment l'idée a-t-elle évoluée?

Simon Pittuck: Eh bien, comme galerie de Londres nous avons visité un bon nombre de foires satellites à Miami, New York et quelques autres foires comme à L.A.. Nous avons rencontré un bon nombre de galeries de l'Europe et des États Unis qui étaient très intéressées de faire quelque chose quand la FRIEZE se déroulait. Sûrtout parce qu'il y avait seulement des possibilités limitées de faire quelque chose.

AfN: En raison de l'espace limité?

Simon Pittuck: Qui à cause de cela et en plus vous savez que le "Zoo" est une très bonne foire, mais il y a des limites géographiques. Vous savez que cette année ils ont invité certaines galeries de Berlin et de L.A.

AfN: It is a British thing, the zoo.
Le "Zoo", c'est une chose britannique.

Simon Pittuck:
Oui, évidemment dans le sens comment il s'est développé. Il s'est développé d'une façon naturelle. Nous avons invité un nombre de galeries en les demandant de recommander celles qui selon eux ont le bon programme. Celles qui sont bonnes et intéressantes et des choses comme ça. Une chose qui était évidente c'était que les gens voulaient le faire. Des bonnes galeries des États Unis et de New York veulent........

Simon Pittuck: Qui, veulent le faire.

AfN: Vous avez une galerie qui s'appelle "Keith Talent" et vous publiez un magazine qui s'appelle "Miser & now". Et maintenant la foire? Pourquoi tout cet effort? N'est-ce pas mieux de se concentrer sur une chose?

Simon Pittuck: Je suppose........Je ne sais pas.

AfN: Vous ne savez pas.

Simon Pittuck: Je n'ai jamais considéré cela. Vous savez, je pense qu'il y a plusieures choses à faire quand on fait une chose pareille. Le magazine montre le profil de la galerie ainsi que le profil des artistes. La chose la plus importante est évidemment la galerie Keith Talent. Le magazine est dans en certain sens le pourquoi, la justification d'elle et le concept du magazine est pour les artistes. Pour les gens qui travaillent dans le domaine culturel, mais pas forcément dans les arts visuels.

AfN: C'est une plateforme si vous voulez.

Simon Pittuck: Qui.

AfN: Alors vous êtes un fournisseur de plateforme.

Simon Pittuck: Qui.

AfN: Vous avez été à "l'Aqua Art Miami". Moi, personellement, j'ai beaucoup aimé les lieux. Et vous avez été la seule galerie britannique entre les jeunes galeries des États Unis de l'ouest. Qu'est-ce que vous pensez de l'Aqua?

Simon Pittuck: Aqua, Jaq and Dirk. Évidemment ils se ressemblent un peu. Ils voulaient que les galeries de la côte ouest aient une sorte de terrain, une sorte de voix à Miami. Quand la foire à Bâle se déroule. En fait, nous avons fait une exposition avec Cynthia Broan à New York et quelques rétrospectives. Ils ont vu l'exposition et ils nous ont invité. Nous avons voulu aller aux États Unis pour rencontrer des gens et pour situer la galerie dans un contexte international plutôt que locale.


AfN: Pourquoi avez-vous seulement invité une autre galerie britannique à votre propre foire tandis que les autres foires comme "FRIEZE", "ZOO" et le "SCOPE" se concentrent plus sur les galeries britanniques sans desserrer nous et l'Europe de l'ouest.

Simon Pittuck: Il y a seulement trois mois que nous avons organisé la foire. Alors une période très courte. Et en même temps, nous n'avons pas voulu avoir des conflits.

AfN: Avec le "Zoo".

Simon Pittuck: Le "Zoo", ils montrent des très bonnes galeries du R.U. Et nous avons supposé que eux ils le feront et pas nous.

AfN: Donc, vous faites quelque chose différente.

Simon Pittuck: Qui.

AfN: La foire "Year-06" me semble d'être très bien et il y a un bon nombre de grand art à voir. Comment avez-vous géré le procès de sélection?

Simon Pittuck: Encore une fois. La foire a eu beaucoup de succès. Nous avons travaillé avec des très bonnes galeries. Nous avons été en dialogue avec les galeries et nous les avons demandé ce qu'elles voulaient faire dans l'exposition et quel genre de salle elles désiraient. Et puis ça s'est fait comme ca.

AfN: Donc, ce n'était pas comme dans les foires habituelles?

Simon Pittuck: It was discursive.
Il était discursif.

AfN: Peer-to-peer.
Pair-à-pair.

Simon Pittuck: Qui. Vous voulez que les galeries aient la possibilité de montrer leur art dans la même façon qu`ils l`ont montré dans leur propre galerie, au même niveau spécifique. Vous savez ce que je veux dire? Si cela fonctionne avec un genre de nuance architecturale – ce bâtiment. Il y a des contraintes mais il y a aussi la liberté d' utiliser l'éspace imaginativement pour montrer le travail de leur artistes.

AfN: Quel est le secret du goût?

Simon Pittuck: Je ne sais pas ce qui est le secret du goût. Tout ce que je peux dire c'est qu'il est très intéressant de voir l'art non pas seulement dans une sorte de “carton blanc”. C'est toujours la même chose. Ça ce passe dans un espace domestique où dans un endroit qu'on occupe.

AfN: Alors, cela a donc quelque chose à faire avec “laisser faire”? Lâcher?

Simon Pittuck: C'est un peu comme des nuances architecturales.

AfN: Des fois c'est très charmant, comme par example cette foire ci. Une autre fois on s'ennuie.

Simon Pittuck: Sûre.

AfN: Est-ce que cette qualité est réelle, innée où un gène. Qu'est-ce que c'est? Nous avons vu beaucoup de foires et la plûpart d'elles ne sont pas aussi bonnes que celle-ci. Hier, j'étais vraiement étonné. C'est peut-être parce que je ne m'y attendait pas. D' une autre côté il y a un réseau. Mais comment cela se passe qu'il y a un certain ....... je ne veux pas dire “niveau ». Je n'aime pas non plus le mot “qualité” en parlant de l'art parce que tout le monde parle de la qualité. Bonne qualité, mauvaise qualité. Pour moi il s'âgit plutôt du goût.

Simon Pittuck: Encore une fois. Il y a une très bonne plateforme de galeries qui travaillent dans une manière très professionelle, plein d'énergie, même “funky”. Il ne faut pas que ça soit en peu .....

AfN: De façon kitsch.

Simon Pittuck: De façon kitsch. Tu sais, il peut y avoir cet élement, mais il faut que ça soit être montrer d'une façon très professionnelle.

AfN: C'est cela, le secret.

Simon Pittuck: Je pense ainsi.

AfN: La professionalisme. Dans l'approche.

Simon Pittuck: Qui. Beaucoup même.

AfN: Quelque chose au sujet du future? Est-ce que vous envisagez plus de ces sortes d'événements? Pour le visiteur fréquent il est embarassant de voir toujours la même chose. Comment ferez-vous face à cela?

Simon Pittuck: L'idée de l'appeler ”Year 06” était principalement qu'elle ne serait pas géographiquement située. De sorte qu'elle pouvait changer d'endroit. Ce genre de réseau essaie d'inclure les autres galeries européennes. Nous avons Jeff Gleich de G-Module. Je veux dire que je le connais. L'année prochaine nous pensons d'avoir quelque galeries de Paris. Et puis il ya aussi la galerie Jarmuschek et Partner qui font la prévision à Berlin. Et vous savez que nous travaillons ensemble. Mais ça se peut que eux ils essaient d' obtenir des galeries britanniques pour la prévision à Berlin l'année prochaine. Et puis vice versa. En demandant et aidant nous de trouver des bonnes galeries.


AfN: So, it is a evolving, revolving networking process. You mean, you can avoid what has happened to the big fairs. Maybe also with FRIEZE, with Basel or Art Cologne. You go there and you almost know what you will get. You don't know the unique piece of art it is like going to Mercedes or BMW.
Alors, c'est un processus qui se développe. Vous pensez donc que vous pouvez éviter ce qui est arrivé au grandes foires. Peut-être aussi avec la FRIEZE, Bâle où Art Cologne. Vous y allez et vous savez ce que vous obtiendrez. On ne connaît pas l’unique pièce d‘art, c’est comme si on allait chez Mercedes où BMW.

Simon Pittuck: Je suppose que la FRIEZE et ces genres de choses sont le but final. Je pense que la voix qui doit être entendue c'est la voix des jeunes artistes qui montent à la surface. Si vous voulez acheter quelque chose d'eux vous connaissez la galerie où vous pouvez acheter leurs oeuvres. Je pense que c'est cela, n'est-ce pas? Mais, si vous ne les connaissez pas ......

AfN: Ce que vous voulez acheter.

Simon Pittuck …certains des artistes. Parce qu'ils sont trop jeune où dans une certaine phase de leur carrière. Et alors évidemment ces morceaux de travail autour de la foire sont familiers. Je pense qu'il s'âgit de se faire réveiller par l'excitation.

AfN: Où la chasse où l'aventure, si vous voulez...

Simon Pittuck: Qui. Evidemment, les collecteurs veulent acheter les artistes qui montent à la surface!

AfN: Aimon, merci beaucoup pour l'interview.

Simon Pittuck: Merci beaucoup.

www.year06.co.uk

  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art