Language and login selector start
Language and login selector end

Photo Miami: Une Interview avec Stephen Cohen et Tim Fleming


AFN: Je suis Sabine d'Artfacts. Vernissage TV et Artfacts.Net interviewent Stephen Cohen (Stephen Cohen Gallery) qui a une galerie ici à la foire, et avec Tim Fleming, le directeur de la Photo Miami. Stephen, comment êtes-vous arrivé à l'art? Comment cela s'est-il passé?

Stephen Cohen J'ai étudié l'art au collège et le cinéma à l'université. J'ai alors commencé à vendre des livres de collection, des livres épuisés et de petites photographies, et ça grandissait de plus en plus... et puis, je voulais organiser une foire à LA parce que je voyageais tellement à travers le pays, vendant des photographies. J'ai donc mis cette foire sur pied et ouvert une galerie juste après. La galerie fut un vrai succès, ainsi que la foire. Ce janvier, c'est la 16ème année de la Photo L.A., qui est maintenant la foire la plus durable à Los Angeles. Nous en sommes très fiers. Elle est complète, et nous avons une longue liste d'attente. Nous avons commencé à ajouter quelques foires: Photo Santa Fe a eu lieu sept années, puis Photo San Francisco, et puis Photo New York pour trois ans. Je voulais organiser la Photo Miami, il y a quelques années, mais tout à coup 9/11 nous est tombé dessus et, à ce moment-là, la foire aurait été inappropriée, je pense. Quand je l'ai organisée avec Tim cette année-ci, je ne savais pas que six autres foires auraient lieu en même temps. Il y a donc beaucoup de compétition, mais nous voulions créer quelque chose d'unique, et - même si nous utilisons la photo avec la ville comme nom - quelque chose avec une identité très différente ; et la foire a atteint ce but. Elle est très contemporaine, très rafraîchissante, un mélange de nouveaux médias, vidéos, et je suis tellement content avec le travail que Tim et le comité ont fait en attirant un groupe excellent des galeries de 13 pays qui participent à cette foire. Les gens verront des pièces ici qu'ils n'ont vues nulle part ailleurs.

AFN: Tim, quels étaient vos critères pour votre sélection des 40 galeries participantes?

Tim Fleming Le critère essentiel était la qualité. Nous ne voulions pas venir ici et nous présenter comme si nous cherchions à profiter de ce week-end d'avant-garde à Miami. Le comité a surtout fait plus que dire oui ou non aux galeries. Ils se sont vraiment mis au téléphone ; nous avons parlé longtemps, et nous nous sommes mis d'accord concernant le concept de la foire ; et grâce à leurs recommandations et leurs efforts de recrutement, la foire a développé sa propre dynamique.

AFN: Pensez-vous qu'il y aura aussi d'autres foires d'Artfairs Inc.?

Stephen Cohen Beaucoup de foires ont lieu partout dans le monde et tellement près l'une de l'autre. L'Armory Fair à NY a encore amélioré son statut, et il y a trois autres foires-satellites qui ont toujours lieu trois semaines après Art LA (une foire que nous organisons fin janvier, une semaine après Photo LA). Avec toutes ces foires autour du monde et, de plus, l'ARCO juste en plein milieu, il est difficile pour les distributeurs d'aller à toutes ces foires, d'offrir du travail aux foires. C'est pourquoi nous reconsidérerons San Francisco et NY pour les déplacer à d'autres dates de l'année, et même Art LA, nous la déplacerons sans doute à une date ultérieure dans l'année. Nous nous retirons donc un peu pour focaliser sur l'amélioration et le renforcement de la première.
La Photo Miami est maintenant un tel succès que nous n'hésitons pas à la reprogrammer pour décembre prochain. La Photo LA est un grand succès, c'est sans doute la foire la plus grande ; il y a aussi la foire à NY, A-Pad - quant au nombre de visiteurs, quelquefois c'est elle qui est plus grande, quelque fois c'est nous. L'Art LA en est à sa troisième année, et elle devient plus grande et plus forte avec chaque année; nous allons donc nous concentrer sur ces trois foires et - peut-être en 2008 - remmener une autre foire. Et on nous a demandé d'organiser quelque chose en Europe aussi - ce que nous ne perdons pas de vue. Nous voulons vraiment maintenir la qualité de cette foire et de la Photo LA.

Tim Fleming Je pense que la différence principale de cette foire, c'est que quand les clients font leur tour, les questions posées aux distributeurs sont très différentes. Il s'agit tout d'abord d'une foire d'art contemporain, et moins d'une foire strictement de la photo. On ne pose pas de questions comme "sur quelle sorte de papier est-ce imprimé?", "quelle édition est-ce ?"...

Stephen Cohen Quel appareil-photo ont-ils utilisé...

Tim Fleming Ce qui est plus intéressant, ce sont des idées et le processus conceptuel. Les galeries ici ne sont pas exclusivement des galeries photo, mais des galeries d'un spectre international. Elles ont des programmes forts qui sont basés sur les média. Comme déjà mentionné, il y a de la vidéo, des pièces sur le son, des pièces interactives... Il y a beaucoup de photographie ici, plus que je ne l'avais attendu. L'année prochaine, on verra sans doute plus de travaux basés sur les média....

AFN: Ma question suivante est adressée à vous deux : pourquoi la photographie contemporaine, est-elle si importante aujourd'hui ?

Stephen Cohen La photographie, la vidéo - ce ne sont que des outils supplémentaires pour des artistes, comme dans d'autres époques; il y a la peinture, la pierre, l'encre, l'impression... quand une nouvelle technologie surgit, il y a une période où les gens jouent avec cette technologie, où ils tâtent le médium.
Mais maintenant, la vidéo, le son et la musique constituent une si grande partie de notre culture que c'est presque impossible de les séparer de la politique, de la société, de l'économie. Ce qui est magnifique c'est qu'il y ait des artistes pour attirer notre attention sur le phénomène de la surabondance et de la pénétration des stimuli médiatiques, ce qui passe au-dessus de la tête des gens quand ils regardent la télé. Si des artistes arrivent à prendre quelque chose et à le retourner vers les gens ou à changer la perception des gens - au moins un peu - c'est merveilleux.

AFN: Oui, je pense que c'est vraiment un défi de nos jours où nous sommes tellement inondés par les images.

Stephen Cohen … si c'est bon, c'est bon - qu'importe s'il s'agit d'une impression en encre, une photocopie ou autre chose. David Hockney a fait toute une série d'images : il les a faxés du monde entier à sa galerie à Londres, et ils ont mis ensemble la mosaïque des faxes sortant du téléfax. A L.A., il a imprimé sur la pochette du "LA weekly" ; il a considéré que chaque copie des 150.000 copies était une œuvre d'art originale. Des artistes - Matisse par exemple - ont fait la même chose, il y a des années. Ce n'était donc rien de nouveau, mais il s'agit tout simplement de la question si c'est un bon travail ou non, et c'est un bon travail ici, très novateur, qui remet les choses en question.

Tim Fleming Je pense que la photographie a passé beaucoup de temps à essayer de s'établir en tant que vrai médium, et elle l'a fait ; nous avons fait des progrès. On nous a demandé quelquefois pourquoi nous la séparions par la classification "photo". Nous ne pensons pas ainsi, nous considérons tout ici comme une concentration de travaux basés sur des média, et il y a une telle variété des idées et concernant le processus qu'on trouve ici beaucoup à voir et à découvrir.

Stephen Cohen Par exemple, nous représentons un artiste, un artiste anonyme de la fin du 20ème siècle ; c'est une œuvre contemporaine. L'artiste travaille à notre temps, mais son œuvre a intentionnellement l'air de dater du 19ème siècle, et l'artiste veut rester anonyme.
Des images photomécaniques sont utilisées avec de la peinture à l'huile et du collage. Ces images sont très irréelles et uniques - et on veut les catégoriser comme "peintures à l'huile", mais elles ne le sont pas. Il en y a une imagerie photo dedans. C'est ce que nous aimons bien : qu'il y ait des gens qui poussent les limites le plus loin possible et qui malgré tout, ont encore quelque chose de photographique dans leurs œuvres, même si on ne le considère pas comme "photographie" au premier moment. Nous voulons pousser les limites de ce que les gens définissent comme "photographie".

Tim Fleming Je résumerais la foire comme une foire sur la lumière et le temps, et Stephen est d'accord avec ce résumé.

AFN: Comment reconnaissez-vous le "bon art" ? Quels sont vos critères - qu'importe s'il s'agit de la photographie ou d'une autre sorte d'œuvre d'art ?

Stephen Cohen D'une certaine manière, c'est subjectif. Mais si assez de gens offrent leurs sentiments subjectifs, et cinq sur six disent "Bon travail !", on se doutera de la bonne qualité. Je réagis émotionnellement et visuellement à une œuvre. Si un travail me frappe, il me frappe. Je ne dois pas nécessairement en comprendre l'idée. Quelqu'un très connu et fameux - je ne sais plus qui exactement - a dit que si quelque chose te dérange dans l'art, tu dois vraiment regarder encore plus proche. Si tu n'aimes vraiment pas ce que tu vois, réfléchis bien pourquoi tu ne l'aimes pas; tu dois te remettre en cause. Et quelquefois, je continue à ne pas l'aimer, mais au moins, j'essaie de regarder derrière ma première impression. Et puis, il y a des choses qui m'ont peu à peu convaincu, qui ne m'ont pas intéressé au début, et au fil du temps, je vois le corps de l'œuvre, et je commence à l'apprécier. La raison pour laquelle une foire comme celle-ci est tellement magnifique, c'est qu'on peut venir voir des galeries de 13 pays, au même endroit, et - espérons! - acheter des œuvres. Les distributeurs qui ont investi beaucoup de temps et d'argent pour venir ici, de partout du monde - nous voulons les rendre heureux, rendre leurs artistes heureux.

AFN: Merci beaucoup pour l'interview.

Interview: Sabine Rieck

  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art