Language and login selector start
Language and login selector end

Art Cologne: une interview avec Gerard A. Goodrow


L'Art Cologne fut fondée en 1967. Elle est la plus vieille foire du monde et a toujours eu lieu en automne. Cette année, sa date est changée pour le printemps. Artfacts.Net et vernissage.tv se sont entretenus avec Gerard A. Goodrow, directeur d'Art Cologne depuis 2003.

AfN: M. Goodrow, quelle est votre première impression de l'Art Cologne? Il y a eu plusieurs discussions sur le changement de dates. Aujourd'hui, au troisième jour de la foire, qu'est-ce que vous pouvez déjà dire à ce sujet ?

Goodrow: Dans notre section spéciale Open Space, nous avons une sorte de devise qui s'appelle " A Springtime Revolution ". J'avais l'impression que cette devise s'applique à toute la foire, pas seulement à Open Space parce qu'il y a une ambiance printanière ici. Tout le monde est très positif. On peut le remarquer sur les visages des visiteurs, des exposants, des gens des musées. Et les ventes l'ont reflété. Il y a déjà eu des ventes fantastiques. Le sentiment général est très positif.

AfN: A la dernière Art Cologne, vous aviez déjà décidé de réduire le nombre de galeries participantes et de changer le look de la foire. Comment décririez-vous le processus ? Est-il déjà fini ou s'agit-il plutôt d'un développement lent ? Il y a - par exemple - plus d'exposants présents ces jours-ci que l'année dernière.

Goodrow: Les années dernières, nous avons fait beaucoup de changements. Nous n'avons pas seulement ajouté Open Space, mais aussi réduit la foire et changé la date. Il y a un peu plus d'exposants cette fois-ci que la dernière fois. Mais en général, après toutes ces années de changements qui ont lieu au niveau international, ce que nous voulions faire maintenant, est offrir un peu de stabilité. La plupart des changements, des améliorations, ce sont des choses mineures. Mais au fond, il est temps de s'installer et de dire : " Nous sommes arrivés à notre but. Maintenant, c'est juste une question d'augmenter la qualité. "

AfN: Concurremment, il y a pour le moment deux plus petites foires d'art à Cologne, plus la foire DC à Duesseldorf. Les foires à Cologne peuvent être décrites comme foires satellites. Mais l'approche de la DC consiste à choisir des galeries internationales. Pensez-vous que la DC peut être un danger pour l'Art Cologne ou ce développement peut-il être une chance pour toute la région ? Et l'Art Cologne peut-elle profiter de cette constellation ?

Goodrow: Honnêtement, je pense que toutes les trois foires sont comparables dans un certain sens. Je les considère toutes comme des satellites, ce qui ne doit pas être négatif. Mais aucune de ces foires n'existerait sans l'Art Cologne. DC a une politique marketing où ils se présentent comme une foire majeure. L'étiquette "international" ne donne pas encore de grandeur - c'est la qualité des œuvres qui le fait. La foire a ouvert hier, et on va voir si c'est une foire de grandeur ou non. A Cologne, il y a l'expression : on doit " gönnen können " [laisser faire] - il faut leur donner une chance ! On va voir ce qui se passe.
En général, je pense que c'est le signe que l'Art Cologne est devenu vraiment bonne, parce que si on n'était pas bon, on n'aurait pas trois satellites autour de nous. Et je pense que le marché de l'art dans cette région, et en Allemagne, est assez fort pour prendre soin de tout cela. Il y a assez d'acheteurs dehors.

Si nous en profitons? Peut-être. Parce que cette situation prouve la force de la région au monde extérieur ; c'est peut-être une raison supplémentaire pour venir ici. Mais on va voir. L'Art Cologne bat encore son plein, Duesseldorf vient de commencer, Bruxelles ouvre aujourd'hui, Francfort a fini la semaine dernière, et Vienne ouvrira la semaine prochaine… On va voir ce qui se passera.

AfN: La DC Düsseldorf est fortement soutenue par le conseil municipal. Il y avait déjà quelques plaintes du côté des galeristes sur le soutien plus faible par la ville de Cologne. Que pensez-vous de cette réaction ?

Goodrow: Je trouve cela intéressant que les galeries semblent, dans un certain sens, compter sur les villes pour les soutenir. Je n'ai jamais entendu que - par exemple - l'industrie de la mode comptent sur l'aide de la ville, que des magasins ou des coiffeurs comptent sur l'aide de la ville… Au bout du compte, des galeries sont des magasins comme tous les autres. Il y a - bien sûr - un avantage culturel pour une ville, mais ce n'est pas la responsabilité de la ville. C'est notre responsabilité, comme compagnie organisatrice de foire, de prendre soin de nos clients, et nous sommes très heureux si les musées participent, mais je parle ici des musées, pas de la ville. D'ailleurs, je sais que la foire Düsseldorf a autant de soutien du conseil municipal que nous. Il n'y a pas de " plus " ou " moins ". Ce matin, le Prix Art Cologne était attribué à Erhard Klein ; et l'Oberbürgermeister, le maire de Cologne, a loué l'Art Cologne et l'a soutenue. Je n'ai pas encore entendu dire que le maire de Düsseldorf ait fait une chose comparable. Je pense qu'il y a trop de bruit sur une compétition entre Cologne et Düsseldorf, entre les villes, et sur ce que les villes font ou ne font pas. Ca m'est égal ce que la ville fait. Je m'intéresse pour ce que nous faisons, pour la qualité de notre travail.
AfN: L'Art Cologne est la plus vieille foire d'art du monde. Le changement de la date était aussi une décision parce que d'autres foires plus jeunes avaient lieu en même temps. Je suppose que, pendant la planification de cette foire, il fallait penser dans deux directions : premièrement, garder la tradition, et deuxièmement, guider la foire dans une nouvelle ère. Fut-ce difficile de combiner ces deux processus ?

Goodrow: C'est exactement ce que j'ai fait depuis le début. J'ai commencé ici, il y a trois ans et demi, depuis le début, j'ai dit que ce qui l'excellence de l'Art Cologne est fondée dans sa tradition. C'est un avantage d'être si vieux. Ca peut aussi être un inconvénient si on permet de l'être. Dès le début, ma devise pour l'Art Cologne fut : " Tradition avec une vue vers l'avenir ". Je pense qu'on peut avoir les deux. Nous sommes une foire qui a de l'art classique moderne et contemporain, et par exemple, Open Space paraît comme quelque chose de nouveau, mais dans un certain sens, ce projet s'est développé peut-être du projet Köln Skulptur que nous avons fait, il y a quelques années, ou il s'est peut-être développé de l'Un-Fair qui était une sorte d'anti-foire contre l'Art Cologne. C'est une partie de toute cette tradition, et en même temps, c'est quelque chose de nouveau. Alors, même quelque chose avec une apparence entièrement nouvelle peut faire partie d'une tradition.

Les nouvelles foires doivent encore créer une tradition. L'idée de tradition paraît peut-être démodée, surtout dans le marché d'aujourd'hui où on parle tout le temps d'investissement et où tout va si vite… Mais s'il y a une chose qu'on peut offrir avec notre tradition, c'est la stabilité, la continuité, la confiance. Et ce sont des valeurs merveilleuses dans un marché.

AfN: Cette année, vous avez annoncé l'Art Cologne Palma de Mallorca. Quelles sont les raisons qui ont amené à cette décision ? Et pouvez-vous nous donner quelques détails à propos de cette foire ?

Goodrow: L'idée derrière l'Art Cologne Palma de Mallorca était : " peut-être pourrions-nous exporter l'idée de l'Art Cologne et en profiter ici même ". Nous avons perçu un fort potentiel dans le marché espagnol, dans le marché méditerranéen, et nous voulions montrer que l'Europe peut être une fantastique place de marché pour l'art, que les marchés allemands et espagnols sont suffisamment forts pour prendre cela en charge. Ce sera une foire assez petite et qui aura lieu, pour les premières années, au sein de l'aéroport de Palma de Mallorque, en attendant la finalisation du nouveau palais des expositions. C'est l'Espagne, donc ça prend plus longtemps qu'ici… Nous aurons 65 galeries. Ce sera comme l'Art Cologne, dans le sens où l'ensemble du siècle sera représenté : du moderne classique jusqu'au nouveau contemporain. Nous espérons également voir aboutir notre travail sur un projet d'exposition de sculpture à l'air libre en parallèle. Je crois que ce sera très excitant. Ce sera comme une sœur pour l'Art Cologne, mais différente. Là où l'Art Cologne est très terre-à-terre - comme la ville elle-même - je pense que l'Art Cologne Palma de Mallorca sera plus glamoureuse grâce au caractère de la ville. Chaque foire doit s'intégrer au caractère de la ville où elle a lieu et refléter la ville et son propre caractère. Donc, une petite sœur, mais une puissante.

AfN: Comment allez-vous attirer les collectionneurs à Mallorque ?

Goodrow: Nous aurons bien sûr un programme de soutien pour attirer les collectionneurs, mais ce qui est fantastique avec Mallorque, c'est qu'ils sont déjà là ! Ils y sont en vacances, ou ils possèdent des maisons, des propriétés ou des appartements. Il y a un préjugé qui dit que Mallorque est une province allemande, parce qu'il y a tellement d'allemands. Mais il y a aussi des scandinaves, des britanniques et des américains. C'est très cosmopolite. Nous ferons aussi de notre mieux pour attirer les collectionneurs, mais ont peut déjà compter sur le vivier local.

AfN: M. Goodrow, merci beaucoup pour cette interview.

Cette interview peut aussi être vue en vidéo (en anglais) sur vernissage.tv.

Interview : Tobias Hilger

www.artcologne.de

  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art