Language and login selector start
Language and login selector end

LOOP 2007


Lucía Egaña Rojas, En la cámara de seguridad (2007)



Pour l'occasion du cinquième anniversaire du LOOP, la ville de Barcelone s'est transformée entièrement, pour quelques jours en un événementiel exceptionnel, devant évaluer la situation internationale de la vidéo d'art.

Cette initiative a vu le jour suite à la proposition émise, concernant le fait d'apporter au cœur de la ville des échantillons et des exemples typiques de toutes les strates qui constitues l'univers de la création vidéo- allant de la production et distribution d'une œuvre, jusqu'à leur préservation et exposition.

Il fut donc inclut cette année encore un programme, qui tenta de transcender le salon- considéré ici comme seul " élément financier de l'évènement " au travers de la distribution et la répartition des activités dans une série de parcours urbain, qui s'étendent à la ville tout entière, comprenant ainsi des espaces hétéroclites comme des boutiques et des restaurants, jouant un rôle important comme facteurs de décentralisation au regard des domaines d'expositions traditionnels que sont les musées et galeries.

Au coté des évènements les plus notables, il faut mettre l'accent sur l'exposition réalisée au CCCB, nommée The Cremaster Cycle, représentant le travail exceptionnel de l'artiste media génique américain Matthew Barney, fortement acclamé par les visiteurs et les critiques. Plus de 1500 personnes ont eut le plaisir de voir ces œuvres vidéos. A noté aussi l'exposition dédiée à Sanja Ivekovic, une des pionnières de l'art vidéo, dont les œuvres ont rempli le hall de la Fundación Tàpies, présentant une série d'interrogations sur la dialectique touchant à l'identité public/privée, le pouvoir/ la liberté, l' Etat/ l'individualité, etc.

Sanja Ivekovic, Personal Cuts (1982)

Les trois derniers jours du salon ont été fortement marqués par l'état d'esprit des organisateurs de cette édition, qui ont spécialisé la nature de l'évènement en un de ces atouts majeurs au sein d'un calendrier artistique saturé, un évènement financier important ainsi qu'un éventail d'œuvres et d'artistes important, qui dans sa réalisation n'est pas une originalité propre au LOOP, car les œuvres présentées restent les attractions majeures pour les visiteurs.

En conformité avec la tendance répandue dans les salons d'art vidéo. Chaque galerie a reçu une chambre d'hôtel ( dans ce cas ci à l'Hôtel Catalonia Ramblas) pour installer leurs shows, un format de présentation des œuvres, sortant du cadre traditionnel et possédant des propriétés exceptionnelles, comme le confort évident des chambres et leurs potentiels pour attirer le public dans des lieux d'expositions autres que ces traditionnelles boites noires, asphyxiantes et aseptisées. Cette ambiance cosy a sans aucuns doutes eut un effet sur le comportement des visiteurs, qui ont accordés plus de temps que d'habitude pour chaque œuvre, et profitant dans bien des cas d'une discussion détendue avec les artistes et les galeristes eux-mêmes, dans un espace vivant et détendu à la place d'un lieu impersonnel et froid comme les " containers d'art ".

Le Prix LOOP, au quel tous les artistes présentant une vidéo sur le salon ont aspiré, a été reçu et a récompensé l'artiste Taiwanaise Wang-Ya-Hu pour son œuvre Sunshine on Tranquility, une œuvre délicate dans laquelle l'on peut observer, d'un point de vue fixe, une pièce dans laquelle les murs sont mobiles, et donnent ainsi un nombre étonnant de possibilités d'éclairage, ce qui relativise les relations spatiales entre les objets, les observateurs et la pièce elle-même. Ce prix confirme le boom actuel concernant l'évolution de l'art oriental, qui par sa fraîcheur et son originalité aspire a devenir l'épicentre artistique international, dans les prochaines années.

Carlos Garaicoa, La habitación de mi negatividad (II), (2005)

D'un autre coté, le Prix Acquisition LOOP a été décerné à l'œuvre : La Habitacion de mi Negatividad(II), du cubain Carlos Garaicoa. Dans cette œuvre, qui entrera dans la collection permanente du MACBA, Garaicoa invite à la réflexion, en soulignant les tensions existantes de la confrontation qui résulte entre les deux réalités intra sec d'un mot : La signification et la représentation graphique de ce mot, ce qui donne un travail exceptionnel offrant une œuvre avec un potentiel lyrique et suggestif incroyable.

En complément au festival, et au salon le troisième pilier du LOOP, et non des moindres a été la section panel, constituée d'une série de discussions et de conférences à caractère général mais aussi spécialisée, tenant pour finalité l'analyse de différentes questions concernant le monde des vidéos d'art. Cette année la thématique a tourné principalement au tour des aspects relatifs à l'archivage et au stockage de ces œuvres, avec la participation de nombreux spécialistes en ce domaine, ayant présentés les points principaux devant être pris en considération dans la planification de la préservation, mais aussi de la présentation de ces œuvres. Un tout en un, comme un complément théorique de luxe qui années après années, vient consolider le fait que Barcelone est en train de devenir un point de référence en ce qui concerne la scène internationale de l'art émergent.


Par Raúl Molín López


Traduction: Jean Marie Buon

www.loop-barcelona.com

  • ArtFacts.Net - votre fournisseur d'expérience au service de l'art

    Depuis sa création en 2001, ArtFacts.Net™ a mis au point une base de données grâce à sa collaboration avec des galeries, des musées, des foires d'art et des associations nationales et internationales de vendeurs d'art